En quête du Priolo

Les îles des Açores sont connues pour être une excellente destination pour le birdwatching. Nous avons prévu pendant notre séjour sur l’ile de São Miguel une journée d’observation avec un guide spécialisé. Gerbrand Michielsen est un ornithologue hollandais, qui vit depuis des années aux Açores et aime découvrir de nouveaux oiseaux (cela arrive !). Il est ravi de faire partager ses connaissances avec ses clients. Gerby Birdind Azores est la référence en la matière.

Gerby nous conduit dans la zone protégée de la Serra da Tronqueira, où l’on peut trouver l’un des deux oiseaux endémiques de l’archipel, le bouvreuil des Açores (Pyrrhula murina). La réserve s’étend sur 786 hectares, elle est classé Important Bird Area (IBA). Le priolo, son nom portugais, a subi une forte pression avec la destruction de son habitat. Sa population se rétablit grâce à plusieurs projets de conservation.

Nous marchons sur une piste agréable, suivant notre guide comme son ombre. Il écoute beaucoup les chants des oiseaux pour les localiser et les appelle également en sifflant.

Nous sommes ravis d’avoir vu 6 spécimens de Priolo. C’est un oiseau de taille moyenne (un peu plus petit qu’un merle). Il a un bec court et fort.

Le roitelet huppé (Regulus regulus) est un tout petit oiseau, avec une crête jaune ou orangée. Nous n’avons vu que des juvéniles.

L’Astrild ondulé (Estrilda astrild), Waxbill en anglais, est spectaculaire mais toujours en mouvement. Je n’ai réussi que cette photo lointaine. C’est un petit oiseau granivore gris, au bec rouge. Son oeil est entouré de rouge également.

Après cette quête fructueuse et un pique-nique au Miradouro da Tronqueira, avec vue sur le massif du Pico da Vara, nous reprenons la piste en direction de la côte.

Au Miradouro da Ponta do Sossego, nous avons la chance de voir un papillon monarque. Ce papillon ne devrait pas se trouver là, car il est originaire d’Amérique du nord. C’est un migrateur qui se déplace entre le Mexique et le Canada. Sa durée de vie est d’une quinzaine de jours, il faut donc plusieurs générations achever la migration. Il est impressionant avec une envergure d’environ 10 cm.
Gerby cultive dans son jardin la plante dont se nourrissent les larves du monarque et la population est en augmentation !

Nous faisons une nouvelle halte sur les hauteurs de Furnas, pour checker 2 petits lacs. Un héron sur le premier et une spatule (un oiseau qui peut venir d’Europe ou d’Afrique) sur le second.

Dernier arrêt près d’une grosse mare à la recherche d’oiseaux limicoles américains. Il n’y a rien à première vue mais nous patientons un peu en parlant de ces oiseaux. La période de leur arrivée ne fait que commencer mais Gerby est optimiste. Il voit bouger quelque chose, c’est un bécasseau à poitrine cendrée, Pectoral Sandpiper en anglais (Calidris melanotos).

Nous nous approchons le plus silencieusement possible, en rampant même !

Voilà une observation qui cloture une belle journée, pendant laquelle nous avons progressé dans notre comportement de birders.

Le guide d’identification indispensable !
Celui-ci couvre toute la Macaronésie – Canaries, Cap Vert, Madère et Açores.