Pico do Ariero

Si les levadas font l’essentiel de la renommée de Madère dans le milieu de la randonnée, la chaine de montagne qui occupe le centre de l’île est aussi spectaculaire qu’accessible.

Le centre montagneux depuis le plateau de Paul da Serra – Ouest de Madère


Une route panoramique mène directement depuis Funchal (à 20 km) jusqu’au sommet du Pico do Ariero.

La randonnée reine est celle qui relie le Pico do Ariero (1818 mètres) au Pico Ruivo (le plus haut sommet à 1862 mètres). Le guide Rother donne un temps de 5h30 aller-retour pour une distance de 11,5 km, sur un itinéraire qualifié de difficile. Nous ne nous en sentions pas capables, d’autant que des passages vertigineux sont signalés. Une option aurait été de réserver un taxi à l’arrivée pour réduire le temps de moitié. Nous avons choisi l’option « touriste » en marchant 1/2 heure au départ du Pico do Ariero puis en faisant demi-tour, soit environ 5 km pour 1 heure de randonnée (hors les pauses contemplatives) et 200 mètres de dénivelée.
Nous irons au Pico Ruivo par un autre itinéraire.

Un grand parking se trouve juste en dessous du sommet et d’un bâtiment d’accueil (café, terrasse, magasin de souvenirs…). Il y avait de la place pour se garer à 9 heures 😉
Un escalier conduit au sommet, c’est le lieu propice aux selfies pour les groupes de passage, tout près de la station radar.

La vue sur la ligne de crêtes du Pico das Torres avec le Pico Ruivo au fond est bluffante !

On devine (sous le nuage) la vallée bien cachée de Curral das Freiras, et plus vers l’ouest le haut plateau de Paul da Serra et ses éoliennes.

Nous empruntons enfin le sentier balisé PR1 jusqu’au miradouro do Ninho da Manta. Vues splendides jusqu’à la Ponta do São Lourenço et sur la suite du parcours. L’air est frais, vivifiant !

Nous empruntons une crête rocheuse, la plus étroite de Madère, avec plus de 500 mètres de dénivelée de chaque côté. C’est un peu impressionnant mais très bien sécurisé. Nous n’avons pas eu de sensation de vertige.

C’était un passage obligé pour rejoindre le belvédère suivant de Pedra Rija et aussi l’occasion de se tester et d’avoir de bonnes sensations. Je commence à penser qu’on aurait pu relier le Pico Ruivo.

C’est le moment de rebrousser chemin, d’attaquer tout doucement la remontée et de profiter de nouveaux points de vue sur la montagne (ci-dessous le Ninho da Manta dans le contre-jour).

Sur la route du retour, Funchal se dévoile au gré d’un virage, l’occasion pour moi de vous parler de ces nuages qui montent à l’assaut de l’île. Le matin, ils sont plutôt sur la mer et se déplacent vers les hauteurs au fur et à mesure de la journée. D’où la nécessité de partir tôt en montagne.

Il arrive cependant que le sommet soit pris dès le matin dans les nuages. Avant de partir, il est bien pratique de consulter cette webcam : https://www.netmadeira.com/webcams-madeira/pico-do-arieiro

Cette colonne sommitale de Madère nous a vraiment épatée, à 2 pas de la mer !